Le canal Seine Nord prend, de plus en plus, l’eau !

Communiqué de presse de Michel GUINIOT
Membre du Bureau Politique – Délégué national
Conseiller régional et départemental

Après la remise en cause de la réalisation le canal Seine-Nord Europe par les ministres de la transition écologique et des transports, c’est au tour du Président de la République qui, début juillet, annonçait le report du projet !

Face à cela, le Président du Conseil régional des Hauts-de-France, X. Bertrand, pensait avoir trouvé une solution miracle, consistant à faire prendre en charge, jusqu’en 2019, par la région et les départements qui la composent, le coût des travaux revenant à l’Etat. Cette initiative de X. Bertrand, en mal de notoriété nationale, a, bien évidement, été faite sans même que les élus de ces assemblées n’aient été consultés.

Les Hauts-de-France détenant déjà le triste record national du plus fort taux d’endettement par habitant, cette proposition n’aurait pour effet que d’aggraver la situation des collectivités locales, déjà largement étranglées par la cure d’austérité imposée par le précédent gouvernement et qui le sera encore plus demain avec les 13 milliards d’euros de suppression de dépenses publiques, annoncées lors de la conférence nationale des territoires !

Plus grave encore ! Alors que F. Hollande parlait hier d’irréversibilité pour ce canal, le Premier ministre a confirmé, lors des questions au gouvernement, qu’en réalité le financement était loin d’être finalisé, puisque que l’emprunt de 700 millions d’euros permettant de boucler le montage financier n’a pas de recette affectée pour le rembourser et n’a aucune garantie. Démontrant ainsi l’insincérité du financement !

Cet énième rebondissement risque bien de donner quelques sueurs froides à ceux qui ont utilisé à outrance ce projet à des fins électoralistes en annonçant continuellement l’imminence de sa réalisation pour tromper les cohortes de chômeurs/électeurs !

Seuls les élus du Front National avaient émis des inquiétudes pour l’accomplissement de celui-ci notamment au regard de son coût et du faible intérêt quant à la réduction des flux de transports routiers qu’il pourrait apporter notamment sur l’autoroute A1.

Malheureusement, il faudra donc attendre encore pour connaître l’issue de ce très mauvais feuilleton qui aura pour ultime échéance 2020, faute de quoi les subsides européens disparaîtront et le canal Seine Nord avec !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *
    *